Lima est non seulement la capitale du Pérou. C’est aussi l’une des plus grandes villes de ca pays culturellement riche. Durant mon voyage à Lima, j’ai pu découvrir un peuple fièrement attaché à leurs traditions.

J’ai pu également y visiter différents monuments historiques, un paysage unique et bien d’autres sites aussi attrayants les uns que les autres. Sans oublier le voyage culinaire qui m’a séduit sur toutes les lignes. Ce n’est vraiment pour rien que Lima est appelée la capitale gastronomique de l’Amérique latine. 

Mon trekking d’exploration des routes de Lima

Un peu comme les Incas qui étaient de vrais explorateurs pédestres, j’ai emprunté la route de Qhapaq Nam qui mène à Machu Picchu, un site de renom de la région. Le chemin était certes long mais la balade en valait vraiment la peine, avec le sport, l’air frais et le paysage. Et comme je suis bon marcheur, j’ai décidé d’intégrer un trek pour semi-initiés.

 Mais ce n’étaient pas les seules routes que j’ai empruntées durant mon séjour. Et je peux dire que j’ai beaucoup marché quand j’étais à Lima. J’ai aussi parcouru le chemin qui mène à Ausangate, Salkantay et Choquequirao au sein du département de Cuzco ou encore Ancash, le sentier de l’Huayhuash, dans la cordillère Blanche. 

Mon immersion dans la tour Miraflores 

Miraflores qui signifie littéralement regarde les fleurs est un site apprécié des habitants de Lima que des touristes. Il était jadis le refuge des artistes.  En effet, c’est le seul endroit du pays où on peut voir la mer. Et outre les fleurs, j’ai pu contempler la belle Costa Verde qui est une mer froide propice pour le surf.

Sur le bord de la mer, j’ai pu voir des parcs et bon nombres de sculptures qui ornent la ville, des galeries d’art colonial et des musées dont le Museo Pedro de Osma. Une fois au centre de la ville, à Huaca Puciliana, j’ai été témoin d’un vrai bijou archéologique. Sans oublier le parc Kennedy et le parc d’Amour. La nuit, Barracno est un lieu très animé. Bars, boîtse, auberges de jeunesse et street art sont implantées dans les magnifiques maisons coloniales.

Pour apporter une explication à la beauté du paysage que je voyais autour de moi, je me suis entouré de guides touristiques mais aussi de nouveaux amis que je me suis facilement fait durant mon séjour.

En effet, il m’a été très facile d’aborder ces habitants très souriants et très hospitaliers vu que je parle bien leurs langues. L’espagnol, qui est la langue officielle du pays, est parlée dans les villes et dans quelques régions de la montagne. Mais une fois sur les sites naturelles et au cœur de la vallée, les indiens de la montagne se mettent à palabrer dans leurs dialectes.  Il faut donc un traducteur local pour bien se comprendre. 

Mes autres visites touristiques dans le coin

Sur place, j’ai aussi visité le lieu de naissance de Lima, la Plaza de armas de Lima, le musée Larco où est exposé des objets précolombiens ou encore la Huaca Pucllana qui conserve les ruines d’une pyramide pré incaïque. J’en ai également profité pour faire un tour dans le quartier bohême, Barranco.

Puis, je suis monté à La Punta qui est à côté du port de Lima. Il offre une vue paronamique sur l’ensemble de ville et du port. Un spectacle inouï digne d’une carte postale. J’aurai pu faire du parapente mais je n’étais pas psychologiquement prêt. Toutefois, sillonner les rues de cette ville m’a complètement ravi. Paisibles et colorées, elles oddrent un spectacle unique très caractéristique de cette région chaude d’Amérique du Sud. 

Concernant mon voyage culinaire sur les lieux, je ésumerait que c’était grosso modo piquant. En effet, à Lima, et partout dans le Pérou, le piment intègre presque tous les plats. D’ailleurs, ils le disent ! Quand ça ne pique, ce n’est pas bon ! J’y ai mangé aussi beaucoup de poisson (de ceviche), cru, cuit, braisé, en brochettes accompagné de picarones, un beignet à la patate douce arrosé de sirop épicé.

A Lima, il y a beaucoup de restaurants, de tous les goûts et de toutes les gammes. Bien que les saveurs locales héritées des Incas semblent régner dans les cuisines des restaurants péruviens, j’ai tout de même eu l’opportunité de goûter à certains plats aux influences extérieures, entre autres du Japon, de la France et des USA

A citer, j’y ai dégusté à un festin nordique à base de ceviche de mérou sur braise accompagné de riz aux herbes, de viande de canard, de courge loche et de panse de chèvre qu’un chef japonais nommé Mitsumaru Tsumura a mis dans une seule bouchée dans son nigiri. Tout comme le festival de fruits de mer concentré dans un plat chinois aux saveurs de Lima.

Mes plus belles expériences en Italie

Mes plus belles expériences en Italie

Je suis parti à la découverte des villes peu connues d’Italie

 

Comments are closed.

Post Navigation