La Biélorussie est un pays enclavé de l’Europe de l’Est. De nombreux visiteurs du monde entier affluent sur place pour admirer son architecture stalinienne, ses fortifications uniques mais aussi des forêts primaires. Quand je me suis rendu dans ce pays, j’ai pu visiter la capitale, Minsk qui regorge de sites de renom qu’il ne faut surtout pas rater. La Biélorussie m’a aussi réservé un beau voyage culinaire que je ne risque pas d’oublier. 

Virée dans la forêt de Bialowieza

Comportant plusieurs atouts de séduction comme une flore luxuriante, une biodiversité unique, des pistes de randonnées palpitantes ou encore des paysages idylliques, la forêt de Bialowieza est un incontournable en Biélorussie. Et comme j’adore marcher, c’était une occasion parfaite pour faire un peu de sport tout en découvrant le pays ! De plus, c’est seulement en me rendant sur les lieux que j’ai su que c’est la forêt la plus belle et la plus ancienne d’Europe. Ce qui lui a valu son classement parmi les patrimoines de l’UNESCO. 

Après la marche, place au repos et à la découverte culinaire. Et pour commencer les découvertes en beauté, rien de tel qu’un bon bortsch froid. Il s’agit d’une entrée populaire dans la région. Elle contient du kéfir qui est une des variétés de betteraves du pays de Baltes, du concombre et de la ciboulette. Elle est servie avec de la crème fraîche, des œufs durs et des pommes de terre. Pour l’accompagner, rien de mieux que la machanka. C’est plat principal qui peut être à base de lait ou à base de viande telle que le jambon, le saucisson ou encore le lard. Elle est servie avec une sauce aux champignons, fenouil et oignon et bien sûr des crêpes. 

Passage au château de Niasvij

C’est un monument historique qui se situe à Volblast de Minsk, à 120 km de la capitale. Il s’agit d’un ravissant manoir qui appartenait jadis à la famille Radziwill pendant plus de 500 ans. La richesse matérielle de ces lieux m’a vraiment ravi. Sans parler de ses magnifiques édifices et de ses environs qui proposent un environnement qui m’ont vraiment laissé en extase. 

Après la visite, je me suis régalé dans un restaurant typique de la région avec les drakinis ou des galettes de pomme de terre. Bien qu’ils soient surtout consommés au petit déjeuner, j’ai tout de même voulu les gouter au déjeuner pour connaître leurs gouts dans le pays. Pour la suite, c’était des crêpes biélorusses ou nalistniki. Il s’agit d’une crêpe farcis de fromage blanc, de champignons, de chou cru, de viande, de confiture, de raisin sec ou de caviar. Une belle découverte que je ne risque pas d’oublier ! Et pour faire passer le tout, un bon verre d’eau de bouleau qui provient de la sève de bouleau. Unique mais pas désagréable. 

Détour à Hrodna 

Hrodna se trouve dans une belle ville de Biélorussie, Grodna. Cette dernière fait partie des seules villes de Biélorussie qui a conservé la majorité de ses anciens bâtiments. La ville m’a aussi montré une autre facette de ce pays, avec un beau mélange de cultures, de religion. Sur place, j’ai pu visiter le nouveau château de Grodno. J’ai aussi séduit par la grandeur du parc national de Bialowieza. Sans parler de la beauté époustouflante de l’église Kalozha. Mais la ville m’a aussi permis de voir, outre les 400 bâtiments d’une valeur historique immense, d’autres édifices tels que des églises, des monastères ou encore des châteaux.

Une fois que la visite est achevée, je suis parti dans un restaurant non loin de là. En guise d’entrée, j’ai pris une salade de charcuterie, comme les biélorusses ont l’habitude de faire durant les jours ordinaires. Par la suite, ils m’ont proposé les sorciers, kaldouni. Ce sont des pelmenis , une sorte de brioche fabriqué avec de l’eau, des œufs et de l’huile. Farcis au porc, et au fromage, je les ai pris en tant que plat principal. Et au dessert, les fameuse pelmenis reviennent. Mais cette fois, la farce était sucrée, à base de confiture, de fromage blanc et de chocolat. 

Sinon, le russe est une langue assez complexe qui décourage bon nombre d’étudiants. Pourtant, elle constitue une langue vivante et très riche. Véhiculant une histoire passionnante, le russe est parlée dans bon nombre de pays du monde dont en Biélorussie. Durant mon voyage dans ce beau pays, j’ai pu mettre en œuvre mes connaissances de cette langue. Et je dois dire qu’elle m’a bien été utile, surtout avec les biélorusses qui n’ont pas vraiment le temps de papoter ! Armé de mes bons vocabulaires russes, j’ai pu trouver tout seul le chemin de mon hôtel, des meilleurs restaurants et même de quelques sites de la ville. Bien sûr, j’ai fait appel aux taxis ou bien aux guides de l’agence ou encore à quelques amis de la région . Par contre,  si je ne parlais pas la langue, il aurait été difficile de réaliser tout cela. 

Un voyage exceptionnel en Lituanie

]http://www.blogangelio.ovh/quels-sont-les-interets-de-se-former-au-russe/

Ce qu’il faut savoir avant d’apprendre le russe

Comments are closed.

Post Navigation