J’avais souvent tendance à résumer la gastronomie en Allemagne aux pommes de terre et au chou, mais elle se renouvelle sans arrêt. Elle m’a toujours surpris grâce à sa recherche de saveurs et sa diversité. C’est peut-être normal que plus de 300 restaurants allemands soient étoilés au guide Michelin. Rien qu’en sachant cela, je voulais me rendre dans ce pays où l’esprit typique préservé côtoie la street food et les adresses vegan. ulture

En effet, tout en éloignant les préjugés que je connaissais de lui auparavant, elle m’a offert un rapport qualité-prix imbattable. Mon exploration gastronomique du pays a été des plus réussies. Que ce soit Berlin, Munich ou bien Stuttgart, chaque région et chaque ville de l’Allemagne disposent de ses petites spécialités et ses plats emblématiques. En tout cas, je pouvais trouver la majorité de ses plats partout dans le pays. Il y en a même qui sont devenu d’authentiques symboles de la cuisine allemande.

Quelques plats incontournables

Le jarret de porc est plus connu en Allemagne sous l’appellation Schweinshaxe ou Eisbein. Il se compose de porc à l’os cuit soit au four soit dans de la bière. J’en ai trouvé diverses variantes suivant les restaurants. Dans le pays, ce plat s’avère irremplaçable. Je l’ai mangé accompagné de chou et de pommes de terre. Pour le plus grand plaisir de mes papilles, j’ai maintenant la possibilité de trouver ce plat partout en Europe.

La saucisse en Allemagne s’avère être un authentique pilier de la gastronomie du pays. En effet elle s’appelle plus communément Wurst. J’ai eu l’occasion, lors de mon voyage, de la retrouver sous des formes diverses et innombrables. J’ai pu déguster du Currywurst, du Weißwurst et du Bratwurst. Je raffolais de ces saucisses allemandes, tout comme les locaux.

La saucisse, c’est comme une intuition. Elle est simple à déguster sur le pouce ou dans une choucroute, que ce soit pochée, grillée, tranchée ou encore chaude, froide, au bœuf ou au veau. Selon la tradition, la saucisse se consommait le matin. Actuellement, les Allemands la mangent quand bon leur semble.

 

Les desserts que j’ai dégustés

Ensuite, le strudel aux pommes ou l’Apfelstrudel est l’un des desserts les plus demandés en Allemagne et en Autriche. Ce dessert est à la fois gourmand, savoureux et sucré. Préparé avec de la pomme et de la pâte feuilletée, les Allemands ajoutent de la noix et des épices comme ingrédients.

Pour la préparation délicate et longue, l’Apfelstrudel demande du temps. En effet, c’est ce qui la rend très précieuse aux yeux des locaux. Beaucoup d’autochtones revendiquent ce dessert comme une des meilleures choses à déguster sur place. Pour ma part, j’ai fait pareil. La Schwartzwälder Kirschtorte, en allemand, ou la forêt noire en français est le dessert par excellence. Elle est à la fois gourmande et savoureuse. Mais aussi, dans la pâtisserie allemande, elle a très vite montré ses valeurs. Son nom a été tiré d’une région allemande. Ce gâteau a été inspiré par son massif montagneux. La forêt noire est un vrai appel à la gourmandise.

En effet, cette génoise de cacao mouillée dans du kirsch complétée avec de la crème chantilly a su titiller mes papilles avec sa texture à la fois réconfortante et fondante. L’acidité des cerises est venue compléter ces saveurs. Cette pâtisserie est devenue un des desserts typiques les plus prisés des Allemands.

Les féculents

Avec toutes les boulangeries que j’ai vues en France, je pensais que ce pays était le maître en matière de pain. Toutefois, l’Allemagne n’est pas du tout en reste, car le brot ou le pain allemand a été classé au Patrimoine immatériel de l’UNESCO. Le brot est considéré comme un des aliments qui ont fondé la cuisine allemande.

Parmi les plus connus, il y a le bretzel. Lors de mon voyage allemand, j’ai mangé du pain presque tous les jours. Il en existe plus d’une centaine de sortes, mais j’ai surtout apprécié le pain blanc ou Weissbrot, le pain noir ou Schwartzbrot et le pain au seigle ou Pumpernickel. Le kebab, encore appelé döner ou kebap est une authentique institution en Allemagne. Petit à petit, il s’est imposé en tant que vraie spécialité gastronomique du pays. Mais aussi, C’est un immigrant turc qui en est à l’origine vers l’année 1971. Le kebab ne coûte pas cher et se mange facilement. Le cœur des Allemands et de la totalité de l’Europe a été conquis. Le kebab est une street-food savoureuse composée d’un pain pita garni de viande grillée et de crudités.

Comme il a été réinventé, j’en ai dégusté pas mal dans les restaurants allemands qui proposaient cette spécialité chacun à leur manière. En effet, en Allemagne, les quenelles françaises sont appelées Knödel. Ce sont des boulettes fabriquées avec de la pomme de terre et du mie de pain. Tout comme les Allemands, j’ai vraiment apprécié ces boulettes originaires de Bavière. Je les ai dégustés en accompagnement d’une viande arrosée d’une généreuse sauce ou parsemée d’herbes parfumées. J’ai également dégusté des Knödel fait avec de la semoule. Pour profiter au maximum cette culture , apprennez l’allemand avec Angelio Académia

Mon voyage en Allemagne

Découvrir Berlin, la capitale de l’Allemagne

Un voyage réussi en Allemagne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation