Avec Sa Majesté, son histoire et son art, Moscou m’a toujours fait rêver. La grande capitale de la Russie renferme de multiples sites et monuments importants que je voulais vraiment découvrir. Les décombres de l’État Soviétique sont dispersés tout autour de Moscou. Les musées tentent de synthétiser et d’analyser le passé.

Les monuments me rappellent les batailles victorieuses et les héros morts au combat. Moscou m’a inspiré et m’a enchanté. Elle m’a mis dans la confusion et m’a même dégoûté. Toutefois, elle n’a jamais cessé de me surprendre. Même si sa démesure m’a effrayé, j’ai trouvé beaucoup de choses à faire et à voir à Moscou.

Prendre le métro moscovite

Chaque jour, plus de neuf millions de personnes utilisent le métro à Moscou. Ma première idée, quelque peu excentrique, pour commencer ma visite de cette ville a été de prendre le métro moscovite. Ce système de métro n’a rien de commun avec ce qu’il y a en Europe.

Pour Staline, les stations étaient considérées comme les palais du peuple. En effet, les stations de métro de Moscou ont quelques ressemblances avec des palais. J’ai été toujours enchanté à chaque fois que j’ai emprunté ce moyen de transport. J’ai été surpris en levant la tête par les magnifiques ornements des murs, les piliers de marbres et les lustres fantaisistes.

Chaque station de métro possède quelque chose de vraiment exceptionnel. Parmi les stations que j’ai visitées, il y a celles de Belorusskaya, Mayakoyaskaya, Arbatskaya, Komsomolskaya, Prospekt Mira, Novoslobodskaya et Kievskaya.

Ce que j’ai remarqué, c’est que le métro moscovite est extraordinairement enterré sous la surface. A la station de Park Pobedy, j’ai trouvé un escalator de 126 mètres de long. Je crois que c’est le plus long au monde. En y passant, je n’ai même pas été capable de voir où il se terminait.

Visiter le Kremlin à Moscou

Lors de mon passage à Moscou, je ne voulais surtout pas manquer de passer par le Kremlin. Cet endroit est le sommet du pouvoir politique de la Russie. Autrefois, il était le centre de l’Église orthodoxe. Le Kremlin est le noyau de Moscou et de l’ensemble de la Russie même.

C’est dans cet endroit que les dictateurs communistes, les tsars autocratiques ainsi que les présidents contemporains ont fait ce qu’ils pouvaient pour la Russie, en mieux et en pire. Sur près de 2,25 kilomètres de longueur, le Kremlin est entouré par d’immenses murs entourant la colline Borovitski sur le côté nord de la Moskova. À l’extérieur de ses murs, j’ai vu la Place Rouge et de l’autre côté de la rivière depuis Sofiyskaya, j’ai vu une splendide vue du complexe.

Avant de pénétrer dans l’enceinte du Kremlin, j’ai dû laisser mes affaires sous la tour Kutafya et j’ai acheté mon billet d’entrée à proximité du jardin Alexandrovsky, car c’est là que se trouve la billetterie. Avec le billet de 350 roubles à peu près, j’avais la possibilité de visiter les cinq églises-musées et le Palais du Patriarche.

Mais pour voir le palais des Armures, le musée Diamond Fund ainsi que les expositions éphémères, je devais racheter d’autres tickets séparés. Pour simplifier ma visite du Kremlin, j’aurais dû faire une réservation en ligne.

Découvrir les merveilles de la Place Rouge à Moscou

Mis à part le fait que c’est depuis la Place Rouge que j’ai pu visiter le Kremlin, celle-ci est une des places les plus célèbres à travers le monde. Elle est également le point central de Moscou. Son nom n’a aucun lien entre la couleur et le communisme, ni la couleur des briques rouges avoisinantes. Autrefois, cette place était appelée Krasny, qui veut dire en même temps rouge et beau en vieux russe.

Ce qui m’a surtout attiré sur cette immense et réputée place, c’est sa basilique colorée, la cathédrale de Basile le Bienheureux. Mais aussi , cette église offre un style unique à l’architecture russe habituelle avec son extravagance confusion de motifs, de couleurs et de formes. Selon l’histoire, c’est le tsar Ivan le Terrible qui a ordonné sa construction afin de fêter la prise de la forteresse de Kazan par les troupes russes.

L’histoire de la Place Rouge

Créée entre 1555 et 1561, elle a été officiellement nommée l’église de l’Intercession et est devenue le symbole suprême de la Russie. La légende dit qu’Ivan a rendu les architectes aveugles afin que ces derniers ne puissent plus jamais faire une construction comparable à cette forteresse.

Ce n’était pourtant qu’un mythe, car il a été dit dans les archives que ces mêmes architectes ont construit une chapelle supplémentaire à la structure un quart de siècle plus tard. Le billet d’entrée dans la cathédrale coûtait 250 roubles. Toujours sur cette Place Rouge, j’ai pu apercevoir le Mausolée de Lénine . Se trouvant à l’angle Ouest de celle-ci, à proximité du jardin d’Alexandre.

C’est dans ce mausolée portant son nom que l’ancien leader de la Russie repose embaumé. Il ne m’a pas été possible de prendre sa photo, car c’était interdit. De plus, des gardes surveillent l’endroit afin que les visiteurs respectent les règles et restent silencieux.

L’entrée dans le mausolée était gratuite pour le public sauf les lundis et vendredis. J’y suis passé vers 11 heures, mais l’endroit est ouvert entre 10 et 13 heures. Il paraît que Joseph Staline y était également exposé avant d’être déplacé dans le petit cimetière. Qui est situé derrière le mausolée et destiné aux dirigeants communistes.

Prennez des cours de russe à Paris chez angelio Académia

Ma visite à Moscou

Visite des incontournables à Moscou

Ma liste des visites à faire à Moscou pendant un week-end

 

Comments are closed.

Post Navigation