Madagascar est une grande île située dans l’Océan Indien, à l’Est de l’Afrique. Elle attire de nombreux touristes du monde entier de par la grande richesse de sa biodiversité ainsi que la beauté de ses paysages. J’y ai tissé de forts liens d’amitié avec les autochtones qui ont un vrai sens de l’hospitalité. Outre les nombreuses visites dans des lieux touristiques aussi variées qu’authentiques de cette plus grande île de l’Océan Indien . J’ai aussi pu m’évader dans des lieux paradisiaques, sauvages et naturels qui sont encore nombreux dans la région. Sans oublier les détours culinaires qui ont bel et bien ravi mes papilles. 

https://youtu.be/NQZ1Yu1hD9w

Ma visite dans la capitale de Madagascar

Antananarivo, la capitale de Madagascar est une métropole cosmopolite où j’ai pu trouver un échantillon des différentes ethnies malgaches, des européens, des asiatiques, des comoriens, des pakistanais ou encore des indiens et des hindous. A l’image des grandes villes du monde, la capitale malgache fait face au quotidien aux bouchons, aux foules, aux rythmes et à la monotonie du travail. Toutefois, on part seulement à une dizaine ou une vingtaine de kilomètres de la capitale pour se rendre dans des endroits féériques.

Je me suis par exemple rendu à l’ouest d’Antananarivo pour voir les vastes rizières, des champs de Tapia, des plantations de papaye et d’ananas. Arrivé à Ampefy, j’ai pu voir des geysers et une belle chute d’eau, la chute de la Lilly où des gros poissons vivent. Sur place, j’ai pu gouter à la fameuse carpe royale à la malagasy. Comme le riz est à la base de l’alimentation malgache. Ainsi,j’ai pris plaisir à déguster ce bon poisson avec du riz brun nature. Le tout accompagné d’un bon vin produit dans le sud de la grande île. 

Mon détour à Ambalavao 

Nous avons ensuite pris la RN7 pour nous rendre à Ambalavao, le berceau des meilleurs vins, de la soie, du papier antaimoro et des zébus de Madagascar. J’ai pu ainsi sillonner les vastes vignobles et visiter les usines artisanales où le bon vin malgache est produit. J’ai pu également me rendre au fameux marché de zébus où les paysans et les entrepreneurs de la grande île se rendent chaque semaine pour vendre et acheter cette richesse unique. L’argent coule à flot et une fois que l’affaire est conclue, les quelques têtes commencent leurs voyages de 450 km pour atteindre la capitale où ils seront abbatus et vendus pour leurs chaires, leurs peaux et leurs cornes après 15 jours de marche. 

Durant mon passage dans cette grande ville, j’ai déjeuné dans un restaurant très caractéristique de la région. Puisque je parle bien le français qui n’est certes pas la langue officielle du pays mais sa première langue étrangère . Ainsi , j’ai pu demander l’avis du chef cuisinier et des serveuses qui m’ont conseillé de prendre le fameux « hen’omby ritra » qui est le plat des fêtes dès l’époque de la royauté. C’est un met à base de viande de bœuf mijoté durant des heures avec du gingembre et de l’ail. Et aussi ,Il  accompagne avec du fameux rougail . D’ailleurs il est un achard de tomates avec des oignons et de la ciboulette, du riz brun et du romazava. Le repas était simple mais très copieux. 

Détour à Tuléar

A 450 km d’Ambalavao, encore au sud, se trouve eune belle région de Madagascar, Tuléar. Je m’y suis rendu dans l’espoir de visiter aux fameuses tombes ancestrales, les aloalo et le peuple mikéa, sans oublier la belle tribu de pêcheurs de la ville. J’y ai également fait un tour dans le site touristique de l’Ifaty avant de me rendre dans la baie d’Augustin où la plage et la mer est tout simplement paradisiaque. Après, je me suis rendu à l’Alafaly qui est un endroit emblématique de la région.

Donc,il parait que les habitants de ce village ont enterré vivante une jeune fille à l’endroit même où un grand arbre endémique pousse actuellement pour détourner le cours de la rivière et emmener l’eau au village. Sur les lieux, l’oignon et le porc est formellement interdit. C’est pour cela que j’y ai dégusté de la viande de mouton que j’ai beaucoup apprécié à Madagascar. 

Cap à Foulpointe , l’Est de Madagascar

Par la suite, je me suis rendu à la côte est de l’île pour voir la mer. Outre les plages, j’ai pu y visiter un ancien fort des militaires français . Ainsi il a été construit entièrement à la main avec de la terre cuite et des œufs. Puis, détente à la plage avec une eau claire, très calme et peu profonde. Durant mes séances de bronzage, des vendeurs proposent des beignets de crevettes, des beignets au coco, des friands de manioc, des poissons frits, des brochettes avec des salades de cristophines et de papayes. Et une fois la nuit tombée, la plage se bonde peu à peu de monde pour boire la bière locale avec les brochettes. Pour ma part, j’ai gouté aux fameuses langoustes de Madagascar, tout simplement appétissants. 

Découvrez la beauté de Madagascar

À la découverte de Madagascar : une île aux multiples facettes

Suivre des cours pour apprendre le français , ce que vous gagnez

Comments are closed.

Post Navigation