Cette petite région du nord-ouest de l’Italie, entre la France et la Suisse niche dans les montagnes. Mon passage dans la région m’a permis de prendre un grand bol d’air frais et de faire du ski à gogo. En effet, j’ai vraiment fait exprès de venir dans cette région en hiver pour pouvoir skier.  Après tout, qui n’a pas entendu parler du renom des stations de ski de Cervinia,  de Pila ou encore de Courmayeur dans la Vallée d’Aoste ?  Et bien sûr, j’ai pu découvrir un paysage de sommets. 

Ma visite au Monte Rosa

Pour faire du sport sur les sommets, le Monte Rosa est un indispensable. Personnellement, j’ai décidé de commencer mon parcours par une promenade le long des sentiers qui mènent jusqu’au sommet. Le paysage était époustouflant, riche en couleurs chatoyantes, lumineuses et perpétuellement changeantes, un spectacle féérique. Le Mont Rose renferme trois allées importantes : la vallée d’Ayas, de Gressoney et de Valsesia. J’ai pu y voir un immense complexe de ski. D’ailleurs, c’est le plus vaste d’Italie. Ski de fond, ski alpin et snowboard sont au rendez-vous. Je me suis rendu sur la Punta Helbronner qui est une terrasse immense donnant une vue unique sur les vallées. 

Après les sports d’hiver, j’appréhendais particulièrement le déjeuner. Dans la vallée d’Aoste, la cuisine est réputée robuste, créative et riche en saveurs naturelles. Et le vin, ne m’en parlez pas. Durant mes trois jours dans la vallée, j’ai dégusté tour à tour la carbonada, la mocetta et le lelard d’Arnard. La carbonada est une sorte de ragoût de viande mariné dans un vin bien corsé avec des oignons et des herbes. La mocetta est aussi un plat de viande. Elle a un goût unique, aromatisée aux herbes fines de la montagne. Le lelard d’Arnard est une charcuterie typique de la région. Riche, onctueuse et très robuste, je la déguste toujours avec l’Arnard Montjovet, un vin rouge très fin et assez fort. Les deux se marient bien ensemble. 

Bien que la langue officielle de la région soit le français, l’italien reste incontournable pour bien comprendre le nom des lieux et surtout l’accent des habitants. Après tout, on est en Italie ! Dans les stations de ski et au restaurant, j’ai d’abord chevauché les deux langues pour me faire bien comprendre. Après, j’ai finalement décidé de parler uniquement en italien car les touristes et les guides parlaient couramment la langue. Un bonus que je maîtrise la langue. 

La ballade au Mont Fréty et au Mont Blanc

Pour m’y rendre, j’ai pris le téléphérique. La visite l’Oasis naturel du pavillon du Mont Féry s’est passé toute une matinée. J’ai pu y découvrir de nombreuses faunes alpines telles que les chamois, les marmottes, les aigles et les bouquetins.  Dans le Jardin Alpin Saussurea où il y a plus de 900 espèces végétales de la flore typique du Mont Blanc, j’ai été complètement ébloui. Bien que j’aie visité cette région en hiver, j’ai tout de même pu contempler la majesté du panorama qu’elle offre. Je reviendrais bien dans cette région en été pour cheminer les sentiers qui mènent jusqu’au sommet. En été aussi, ils proposent un survol en montgolfière du Mont Blanc. C’est une activité unique qui permet de contempler le Mont Blanc avec des sensations intenses que les touristes adulent. 

Durant ce parcours, j’ai eu l’opportunité de découvrir d’autres spécialités culinaires de la région. Et cette fois-ci, j’ai pu goûter à la déclinaison du fromage fontina AOP, un des fromages réputés de la région. Et à  ma grande surprise, j’ai adoré le chou. En effet, ils m’ont proposé la soupe valdôtaine qui est à base de chou, de chou frisé, de pain de siègle et bien sûr du fameux fromage fontina AOP. Et pour accompagner le tout, je n’ai pas raté l’occasion de goûter à la liqueur aux herbes, le fameux «  Génépy des Alpes » qui doit être traditionnellement dégusté avec la grolla de bois. 

Mes autres découvertes uniques  dans la vallée d’Aoste

Les châteaux médiévaux ainsi que d’autres monuments historiques ont longtemps forgé la réputation de la vallée d’Aoste. Pour rappel, de Pont Saint Martin à Courmayeur, on peut trouver 82 monuments  authentiques d’allure féodale: des fortifications primitives, forteresses militaires, résidences anciennes, tours de garde, etc. J’ai donc décidé d’en visiter quelques-unes. La première visite s’est déroulée dans le château de Fénis. Puis, j’ai enchaîné mes visites dans les châteaux d’Issogne, de Sarriod de la tour, de Sarre, de Saint-Pierre et d’Ussel. J’ai vraiment fait un come-back dans le passé culturel de cette région. Par la suite, j’ai fait un tour dans la cathédrale de Sainte Marie de l’Assomption, un monument religieux qui renferme des vestiges archéologiques dans son sous-sol. 

Et pour finir ma visite dans la région, je me suis rendu à la grande foire annuelle à l’honneur du Saint Ours (le Sant’Orso). J’ai pu acheter de nombreux souvenirs typiques comme les sculptures au bois, les masques ou encore des tissus en laine.

Les plus belles visites que j’ai pu faire en Italie

Je suis parti à la découverte des villes peu connues d’Italie

En Italie, j’ai profité d’un voyage culturel, culinaire et détente

 

Comments are closed.

Post Navigation