Il est des villes d’importance historique et culturelle. Cuzco fait assurément partie de celles-là et son mystère reste aujourd’hui complet. Son importance lui a valu d’être surnommé le nombril du monde, et d’ailleurs Qosqo en quechua signifie milieu du pays. La richesse de son aménagement et de son architecture ne laisse aucun doute sur la véracité de cette importance culturelle. En effet, la structure donnée à la ville esquisse un puma. Rien que ça !  Ce qui est toujours inconnu aujourd’hui c’est son véritable rôle dans cette civilisation perdue.

Les chercheurs, anthropologues et archéologues n’ont pas encore pu mettre la lumière sur les véritables fonctions de ces constructions. D’autant plus qu’elles ont été ravagées par les conquistadors espagnols qui ont bâtis leurs édifices directement sur les anciennes fondations incas. Cuzco est le point de départ pour de nombreuses visites pour aller à la rencontre de ce peuple ancien à la connaissance et à la sagesse insoupçonnées que l’homme moderne occidental peine à comprendre.

Le centre-ville

Dans les rues de la ville, j’ai déjà pu m’imprégner de la grandeur de ces bâtisseurs car c’est là que se trouve le temple du Soleil. En effet, les fondations du temple ont été redécouvertes après un tremblement de terre qui a fissuré les murs du couvent Santo Domingo qui a été bâti dessus. J’y ai également pu admirer les murs originaux incas encore debout dans les rues de la ville. C’est dans le quartier de San Blas que se dresse le célèbre mur qui comporte un bloc de pierre à douze angles. En fait, les incas étaient de remarquables bâtisseurs qui construisaient des murs et des structures à partir de grands blocs de pierres qui sont assemblés sans mortier.

Ces blocs tiennent en place uniquement en se superposant  . Ainsi , en s’emboitant parfaitement les uns aux autres comme à la façon de puzzles. Le monde ne peut aujourd’hui que tomber abasourdi devant un tel chef d’œuvre et une telle prouesse technique. Aucune réponse sur le pourquoi et chaque ébauche de réponse au comment soulève encore plus de questions et de mystères. Nous ne pouvons qu’être admiratifs car ces constructions ont été réalisées pour durer . Et ils ont survécu aux intempéries et aux séismes pour nous témoigner de cette époque de la grandeur de la civilisation inca. Je me suis adonné au jeu mais ne suis pas parvenu à glisser une feuille de papier entre ces blocs de pierre.

Le complexe archéologique de Sacsayhuaman

Ce lieu était aussi appelé Huacaypata qui signifie lieu de rencontre. C’était le temple où était célébré chaque année l’Inti Raymi, la fête du soleil, le 24 juin. Il est composé de 22 murs de fortification qui formaient en définitive les dents du puma que représentait Cuzco. C’est là que s’est tenue la bataille légendaire entre Manco Inca et les conquistadors espagnols.

A l’Est de Sacsayhuamn se dresse le complexe archéologique de Qenko. Il est composé de deux structures, Qenqo Grand et Qenqo Petit. C’était une huaca, un lieu d’adoration car il y avait là un Intihuatana, un lieu dédié à l’adoration du soleil pendant les solstices. Les canaux en forme de zigzag auraient servi de conduits pour la boisson de fête du moment ou du sang des animaux offerts en sacrifice lors des rituels.  

Tambomachay

C’était un haut lieu de la religion Inca. Nous ne savons pas exactement quelle était sa fonction à l’époque mais nous pouvons constater l’ingéniosité avec lequel la cité a été construite. Nous pouvons voir les constructions en étage . Ainsi,les aqueducs qui fournissent l’ensemble du complexe en eau à quantité égale toute l’année. La provenance de l’eau laisse encore perplexe les plus illustres investigateurs. Sur le chemin vers ce lieu magnifique se trouve Pukapukara. C’était un complexe et une forteresse composée de plusieurs enceintes, séparées par des tours et des sentiers. C’est là que s’arrêtaient les cortèges qui suivirent les pèlerins en destination de Tombomachay.

Machu Pichu

Cette cité perchée dans les montagnes a été découverte en 1911. Du fait de son enclavement, c’est une des rares cités qui n’ont pas été détruites à l’arrivée des espagnols. Le site a donc conservé son état d’origine et témoigne de la grandeur, de la sagesse et de la connaissance que disposait ce peuple de bâtisseur.

Ce que je trouve triste c’est que la plupart de ces descriptions n’existent plus que dans l’imagination des visiteurs. Les sites ont été dénaturés par les conquistadors espagnols qui ont profané les lieux  . Et ils ont bâti leurs cathédrales directement sur les anciennes fondations des temples Incas. Cela bien évidement pour marquer ces esprits rebelles qui n’ont cessé de se révolter. C’était aussi pour signifier leur écrasante victoire sur ce peuple qui ne pensait, en fait, qu’à protéger ses terres, sa culture et son patrimoine. Aujourd’hui, à Cuzco comme partout au Pérou, les habitants ont surtout hérité de la culture espagnole. La langue officielle y est d’ailleurs l’espagnol et vous serez tenu de la pratiquer dès votre arrivée à l’aéroport.

Mes astuces pour apprendre l’espagnol facilement et rapidement

Apprendre l’espagnol sûrement et rapidement, tous nos conseils

Apprendre l’espagnol sûrement et rapidement, tous nos conseils

Comments are closed.

Post Navigation