L’Estonie est un ancien pays soviétique bordant la mer Baltique et le golfe de Finlande. Ce pays d’Europe du Nord regroupe plus de 1500 îles. Côté touristique, la région attire des visiteurs du monde entier, surtout d’Europe par ses plages rocheuses, ses forêts centenaires, ses lacs mais aussi ses châteaux, ses églises et ses forteresses. Et ce, malgré le fait que c’est le plus petit pays des Baltes.  Ma visite dans ce beau pays m’a permis de découvrir de nombreux lieux et de déguster à de nouveaux plats. 

Ma visite dans la capitale

Tallin est la capitale de l’Estonie. Et en arrivant, je peux déjà vous raconter que c’est une ville très charmante. J’ai tout de suite remarqué ses remparts au riche patrimoine médiéval, son méli-mélo d’architectures nouvelles ou encore ses belles demeures et ses fascinants bâtiments modernes et raffiné. Il y avait beaucoup de sites à visiter. Mais je me suis rendu seulement à la cathédrale orthodoxe Alexandre Nevsky avant de me rendre au musée maritime de Lennusadam puis au parc de Kaderiorg pour voir son château tsariste. 

Après ces visites qui se sont tous déroulés en plein centre-ville, je suis parti dans une brasserie locale, la Old Hansa où une ambiance hanséatique régnait. Après tout, je suis au pays de la bière ! Pourquoi ne pas en profiter !

Mon passage à Tartu

Tartu est la deuxième ville d’Estonie. Ville universitaire, elle reste de ce fait animée et recèle de nombreux sites historiques qu’il serait dommage de ne pas visiter. C’est pour cela que je me suis rendu sur la colline de Toome, à côté du centre-ville qui était jadis le village des peuples estes au Vie siècle. J’ai aussi pu voir les édifices historiques  de l’université, des bâtiments qui illustrent l’architecture hanséatique ou encore la ville de la soupe, Supillin. En visitant cette dernière, j’ai pu remarquer des rues aux noms de soupes qui sont bordées par de de vieilles maisons en bois. Original non ? Après, j’ai fait un tour dans le musée national estonien. Et mon exploration de la ville de Tartu s’est achevé par l’exploration des bords de la rivière Emajogi et au jardin botanique de l’université. 

La visite achevée, je me suis rendu dans un restaurant typique de la région. J’ai pu ainsi déguster aux fameuses choucroutes à la bière brune, à un peu d’œufs farcis, à des heeringas koorekastmes ( harengs à la crème) et au dessert, à un bon gâteau aux groseilles et à la meringue ( la punasesostra bessekook).Et pour digérer le tout, un peu de vin rouge !

Ma virée au parc national de Lahemaa en Estonie 

Ce parc national qui signifie littéralement pays des baies se situe à cinquante kilomètres de la capitale. Il s’agit d’un paradis d’Eden qui s’étend sur 725 km2. Cette belle visite m’a enchanté, surtout la randonnée dans sa magnifique forêt et mes promenades sur ses plages de sable fin. J’ai pu également y voir des rivières, des chutes d’eau, des lacs, des falaises mais également une faune spectaculaire composée d’ours brun, de daims, de cigognes noires mais aussi de visons, de lynx et près de 220 espèces d’oiseaux.

Quant aux flores, plus la peine d’en rajouter ! Plus de 800 espèces de plantes différentes m’y attendaient ! Sinon, au bord de la mer, j’ai pu voir des petits villages de pêcheurs ou encore des criques nichés dans les rochers. Mais ce ne sont pas les seules attractions disponibles dans le parc. Il y a aussi des musées et des manoirs qui ne demandent qu’à être visités.

Près du parc, il y a des restaurants qui servent les spécialités locales. Voilà une belle opportunité pour moi de goûter – encore- à d’autres spécialités de la cuisine estonienne ! Et cette fois, j’ai pris de la kapsarullid, des feuilles de chou farcies au steak hâché. C’était le plat. Mais en entrée, j’ai commandé une salade de betterave aux pommes de terre. Et au dessert, il y avait de la mousse de kama avec liqueur vana tallin. Il s’agit d’une crème parfumée au citron et à la cannelle et arômatisée avec à la lidueur vana tallin. Sur le tout, on retrouve un confit de cerises et de framboises. 

Sinon, pour ma pratique linguistique dans la région, je dirai que le russe m’a bien servi. En effet, quand on part en voyage dans un pays dont les habitants ne sont pas vraiment très disposés à parler aux étrangers dans la rue,  il faut savoir lire les enseignes, la carte et savoir communiquer avec le chauffeur de son taxi ainsi que le personnel de son hôtel ! Et  aussi ,c’est bien ce que j’ai fait. Pour mes visites de monuments ou de musées en plein centre-ville, je me débrouillais tout seul, pour la plupart du temps. Je ne me féliciterai jamais assez d’avoir pris ces fameux cours de russe !

La Russie, une de mes plus belles destinations

Les plus beaux villages de Russie que j’ai vraiment appréciée

Tous mes conseils avant de voyager en Russie

Comments are closed.

Post Navigation