Il n’est pas toujours facile d’apprendre une langue étrangère à son enfant. Pour faciliter l’assimilation des phrases simples et du vocabulaire, vous avez à votre disposition plusieurs moyens efficaces comme la musique et le jeu entre autres. Dans cet article, retrouvez les différentes alternatives ludiques pour apprendre une langue étrangère à un enfant.

Intégrer les langues au quotidien

enfants

Apprendre une langue étrangère à un ou plusieurs enfants doit avant tout être une entreprise ludique. Il faudra alors penser à  intégrer les langues au quotidien en optant pour le bain linguistique par exemple. L’apprentissage d’une langue étrangère pour un enfant passe avant tout par la communication orale. Dès les premiers mois, il ne faut pas hésiter à « l’immerger » dans la langue voulue afin qu’il se familiarise avec ses sonorités, à plus forte raison s’il s’agit de la langue maternelle de l’un des parents. Au fil des mois et des premières années, vous pourrez adopter une stratégie qui peut consister à associer un parent à une langue, prévoir des plages horaires dédiées exclusivement à la pratique d’une langue ou encore associer un lieu à une langue.

Le divertissement

Si votre enfant, accro à un dessin animé ou à un film et le visionne en boucle, mettez à profit cette passion. Une fois qu’il le connaît « par cœur », pourquoi ne pas lui diffuser le ou les programmes concernés en langue étrangère ? Grâce aux intonations, aux expressions faciales et à son excellente connaissance du support, il réussira sans doute à assimiler quelques mots de vocabulaire supplémentaires.

La musique adoucit les mœurs, paraît-il. Elle constitue aussi un excellent allié pour apprendre des langues de manière ludique à un enfant. En effet, quoi de mieux qu’une chanson au rythme entêtant qui reste en tête pour apprendre du vocabulaire sans s’en rendre compte ? Si vous souhaitez lui apprendre votre langue maternelle, commencez par piocher dans vos souvenirs (ou ceux de vos parents) pour lui apprendre les comptines de votre enfance. Vous pouvez également vous aider de sites internet ou de supports dédiés comme les albums de la collection « En chantant » d’Assimil. Destinés aux enfants de 3 à 6 ans, ils contiennent :

  • Des pistes de chansons ;
  • Les paroles des chansons et leur traduction ;
  • Des versions instrumentales ;
  • Une partie consacrée au vocabulaire ;
  • Un jeu audio-actif bilingue.

Le quotidien

Pour faciliter l’apprentissage de la langue, n’hésitez pas à intégrer le jeu au quotidien. L’un des plus simples consiste à jouer à l’équivalent de « Jacques a dit ». Ce jeu permet en effet d’apprendre des phrases et du vocabulaire simples et de les associer à des gestes. Pour l’anglais, on dira par exemple « Simon says… Touch your foot » (« Jacques a dit… Touche ton pied »).

À noter également qu’il existe de nombreux jeux dans le commerce ou pourquoi pas en ligne. Assimil propose par exemple une collection de jeux, « Assimemor », destinée aux plus jeunes et permettant d’apprendre 60 mots de vocabulaire de base par jeu. Le concept ? Assembler des paires qui, une fois identifiées et retournées forment des énoncés simples tels que : adjectif + nom, chiffres + aliments, partie du corps + vêtements, etc. L’apprentissage de la langue est intuitif et naturel. À noter que ce type de jeu peut également s’avérer intéressant pour les grands débutants, adolescents ou adultes.

Privilégier les ateliers de langue pour l‘apprentissage d’un enfant

apprendre enfant

Pour varier les plaisirs, les ateliers de langue, qui se sont multipliés sur le territoire au cours de ces dernières années. Ils constituent d’excellentes alternatives pour apprendre une langue étrangère à un enfant. Il en existe de différentes sortes, s’adressant aux tout-petits mais aussi aux enfants et adolescents. Répartis en petits groupes, les enfants pourront s’adonner à des activités variées qui leur permettront de mettre leurs connaissances en application mais aussi d’interagir avec les autres. Les ateliers de langues peuvent offrir un bon complément à des sessions d’apprentissage à la maison. Dans un autre registre, si vous faites régulièrement appel aux services d’une baby-sitter, pourquoi ne pas opter pour un profil bilingue ?

La culture

Apprendre une langue étrangère à un enfant ne doit pas uniquement se limiter à l’apprentissage de vocabulaire. En fonction de l’âge de ce dernier, il ne faut pas hésiter à l’ouvrir à la culture du pays dont il apprend la langue. Cuisiner des plats typiques avec lui, lui faire découvrir le quotidien d’écoliers de son âge, les contes les plus connus, les danses ou quelques us et coutumes (les fêtes les plus populaires) sont des bon moyens. Voyager dans le pays concerné ou encore lui montrer des photos de famille de votre pays d’origine sont de bons moyens de développer son intérêt pour la langue que vous souhaitez lui apprendre.

Vouloir apprendre une langue étrangère à son enfant, surtout sa langue maternelle, est une excellente chose. Toutefois attention à ne pas en faire une obsession et à ne pas épuiser son enfant en le stimulant à outrance.

Les avantages du bilinguisme précoce chez les enfants

Malgré les idées reçues à son sujet, le bilinguisme précoce est un véritable atout pour les enfants, sur le plan culturel tout d’abord, mais également d’un point de vue cognitif. Flexibilité mentale, compréhension de son environnement, réactivité du cerveau : zoom sur les capacités développées par les enfants bilingues.

Il y a quelques années, on parlait du bilinguisme précoce comme d’un handicap majeur pour l’enfant dans son développement intellectuel. Il est maintenant reconnu que l’apprentissage simultané de deux langues dès le plus jeune âge est un atout pour les capacités intellectuelles, peu importe les deux langues acquises. Les retombées d’un tel apprentissage sont constatées sur le plan cognitif et neuropsychologique. En effet, le cerveau d’un enfant bilingue, s’il ne fonctionne pas de la même manière que celui des autres, ne fonctionne pas moins bien pour autant. Il est par exemple beaucoup plus performant dans un environnement bruyant lorsqu’il s’agit de trier et de « sélectionner » différents sons. Le bilinguisme permettrait également d’augmenter la flexibilité mentale du jeune enfant et sa faculté à gérer plusieurs tâches à la fois.

La concentration

De manière générale, les neuropsychologues considèrent que la maîtrise de deux langages renforce les capacités du système cognitif. elle est responsable des processus impliquant la concentration, la sélection d’informations, les capacités d’adaptation face au changement ou encore l’inhibition. En pratique, les enfants bilingues font généralement preuve d’une plus grande souplesse intellectuelle. Ils sont mieux préparés, à l’âge adulte, face à l’apparition de troubles de la mémoire comme la maladie d’Alzheimer. Le bilinguisme acquis dès l’enfance permet donc de préserver la jeunesse du cerveau. Cet atout serait dû à la gymnastique mentale constante liée au changement de langue et à la traduction consécutive. Il consiste à traduire un énoncé dans sa langue maternelle, à formuler une réponse et à y répondre dans la langue sollicitée.

Les enfants bilingues, plus lents dans leur apprentissage ?

Les avantages du bilinguisme précoce sont de plus en plus mis en avant, à l’heure où 19 à 20% des adultes sont bilingues aux États-Unis et en France.

L’enquête « Histoire de vie », menée par la sociologue Alexandra Filhon démontre que la seconde langue acquise n’est d’ailleurs pas forcément une langue étrangère. En effet, 60% des enfants auraient été familiarisés à une langue d’immigration par leurs parents. 40% des enfants bilingues auraient appris une langue régionale en parallèle au Français.

Ces chiffres relativement faibles du bilinguisme chez l’enfant peuvent s’expliquer par une crainte popularisée par les chercheurs eux-mêmes concernant des lacunes en matière de vocabulaire chez les jeunes individus parlant deux langues. Le spectre de ces lacunes effraie toujours certains parents et enseignants qui craignent un éventuel retard de développement linguistique. S’il est vrai qu’une langue prend toujours l’ascendant sur l’autre, poussant l’enfant à chercher ses mots ou à substituer un idiome à l’autre, la confusion n’est que passagère. Lorsque l’on fait un séjour à l’étranger et qu’il faut se réacclimater à sa propre langue en rentrant.

Le vocabulaire

L’acquisition d’un vocabulaire plus riche et des automatismes de grammaire et de conjugaison. S’ils ont lieu un peu plus tard pour les enfants bilingues, sont tout de même assimilés sans que cela ne soit un handicap ou une difficulté sur la durée. En outre, ce mélange de langues n’est pas systématique, puisqu’il existe autant de styles d’apprentissage que d’enfants. Il faut cependant noter que pour limiter les difficultés d’assimilation, il est conseillé d’enseigner un nouveau langage entre la naissance et 7 ans. Tranche d’âge durant laquelle les structures du cerveau sont les plus flexibles.

Avant de vous lancer dans l’apprentissage de langue étrangère à vos enfants, prenez le temps de vous perfectionner en suivant dans cours d’anglais à Paris. Chez Angelio Academia, des formateurs natifs sont disposés à vous aider dans l’atteinte de vos objectifs. Ils peuvent même vous apprendre quelques méthodes efficaces que vous pourrez utiliser pour apprendre une langue à vos enfants.  

 

Des moyens ludiques pour apprendre l’anglais aux enfants

 

Parler anglais à son enfant : quel est l’âge propice ?

 

Développer l’intelligence de son enfant

Comments are closed.

Post Navigation