Vous faites partie de ces nombreuses personnes qui n’osent pas parler une langue étrangère parce-que vous trouvez votre accent trop mauvais ? Vous vous mettez à rougir au moindre son articulé un peu trop prononcé « à la française » ? Sans parler des accents marseillais, toulousain, nordiste ou encore romand qui font directement référence à votre région d’origine. Pas d’inquiétude ! Voici comment faire pour parler sans accent et éviter de prendre un coup de chaud à chaque fois que vous allez ouvrir la bouche.

Faire la différence entre accent et prononciation

Dans le langage courant, on dit souvent d’une personne qu’elle a un bon ou un mauvais accent quand elle s’emploie à parler une autre langue que sa langue maternelle. Erreur ! En linguistique, on différencie l’accent de la prononciation. Ce sont deux notions complètement différentes que l’on se doit d’éclaircir. Pour être précis, quand on parle d’accent on fait plus référence à des intonations que l’on rajoute sur les syllabes des mots.  Par exemple, un accent du Sud-Ouest n’aura pas du tout les mêmes intonations de phrase qu’un accent employé dans le Nord ou dans l’Est de la France. Les rythmiques ou intonations ne seront pas placées sur les mêmes syllabes et dans ce cas, la phrase ne « chantera » pas de la même façon. Cette particularité est valable pour toutes les langues du monde.

Les phrases simples

Prenez une phrase toute simple et faites-la dire par deux anglophones de régions différentes. Un anglais parlé par un indien ne sera pas du tout la même langue qu’un anglais parlé par un canadien et pourtant tous les deux diront la même chose. Alors, quand on veut apprendre à parler sans accent, ou du moins à le réduire, il faut en priorité se concentrer sur une des notions principales de la communication : la prononciation. La prononciation, ça ne s’invente pas. Si vous n’incluez pas cela lors de vos échanges, vous aurez beau parler sans accent, votre interlocuteur ne vous comprendra pas. 

La prononciation c’est la façon dont vous parlez. Comment vous articulez les syllabes pour créer des mots qui auront le même sens à Delhi qu’à Toronto. Et pour avoir une bonne prononciation, il n’y a pas de mystère. Il va falloir entrainer votre oreille et répéter les mots que vous entendez de la même manière, ni plus, ni moins. Sans ajout d’artifice ou d’intonation d’accent qui n’ont pas lieu d’être.  

Apprendre la prononciation

Pour améliorer votre prononciation, il suffit de travailler quelques leviers qui devraient vous faire progresser à l’oral. Tout d’abord gardez à l’esprit que la prononciation se fait grâce à un subtil mélange de trois notions complémentaires : la maitrise d’un muscle, le mouvement de la langue et l’articulation des sons. Cette équation complexe va vous aider à contrôler les voyelles, les consonnes, les tons et les intonations.

Cependant, avant toute chose, pour parler sans accent et pour avoir une prononciation au top, il va falloir accepter une chose primordiale : vous allez parler différemment et donc entendre comme une voix nouvelle en vous. Passé ce premier barrage de « re-familiarisation » avec vous-même, pourrait-on dire, il va falloir mettre vos oreilles en marche forcée. Ne pas seulement écouter mais aussi et surtout entendre. Regarder les gens qui parlent et analyser comment les lettres et les sons mêlés entre eux forment des musicalités de phrases qui sortent de leur bouche. 

Il faut décomposer les sons un-à-un pour mieux les reproduire quand vous vous jetterez à l’eau. C’est du mimétisme dans toute sa splendeur et comme pour toute activité, il n’y a pas de secret, il faut s’entrainer. Entendre, analyser, décomposer, parler. Et puis recommencer. Entendre, analyser, décomposer, parler. N’ayez pas peur de vous tromper. Familiarisez-vous avec ces nouveaux sons et votre nouvelle voix. C’est une nouvelle partition que vous allez devoir jouer plusieurs fois avant de la maîtriser les yeux fermés.

Maîtriser l’alphabet phonétique

discussion

Pour vous simplifier la vie et parler une langue sans accent, vous devez avoir une bonne base phonétique. Elle souligne les traits caractéristiques de certains sons et donne des repères pour la prononciation. Elle permet plus particulièrement de prendre conscience de l’existence de phonèmes propres à la langue cible. Des phonèmes que votre oreille ne distingue pas forcément lors des leçons ou des conversations.

Par ailleurs, des connaissances en phonétique peuvent vous servir de guide au fil de vos séances de travail : une réelle conscience de l’étendue des sons qui existent dans une langue vous évitera des confusions et vous pourrez déduire plus facilement l’orthographe d’un mot entendu. À l’inverse, ces connaissances en phonétique peuvent aussi vous aider à reconnaître à l’oral des mots de vocabulaire ou des expressions idiomatiques que vous avez peut-être déjà lus, mais pas forcément entendus jusque-là. Ce sera notamment une aide précieuse pour ceux dont l’apprentissage passe essentiellement par la lecture.

Faire des exercices orales quotidiennement

Si vous avez un locuteur natif, n’hésitez pas à faire des échanges réguliers. Demandez-lui de répéter les mots qui vous posent problème, enregistrez-les sur votre Smartphone et repassez-vous ces enregistrements chaque jour. Prenez le temps de vous exercer, vous verrez au bout de quelques temps, vous pourrez maîtriser les mots que vous avez eu du mal à prononcer. Il est également possible d’écouter la prononciation des mots sur Internet en utilisant un traducteur vocal en ligne tel que Google Traduction. L’objectif est d’habituer votre oreille à ces sons afin de les identifier sans effort.

Si vous avez de réelles difficultés à distinguer des sons qui se ressemblent, pensez à vous préparer des fiches qui incluent les phonèmes proches en question. N’hésitez pas à les illustrer par des exemples de mots ou d’expressions, puis de les répéter en boucle. Vous parviendrez en peu de temps à saisir les nuances entre chaque phonème et à vous les approprier complètement.

Reconnaitre les particularités de la langue

Passez de la théorie à la pratique : exposez-vous autant que possible à la langue étrangère que vous apprenez. Concentrez-vous sur les sons, et plus particulièrement sur ceux auxquels votre oreille n’est pas habituée. Portez une attention particulière aux phonèmes qui n’existent pas ou sont inhabituels en français, tels que le « th » prononcé [ð] dans mother ou le [iː] de sheet et beach en anglais, le [β] de vale en espagnol, ou encore le [ʃp] de Spitze en allemand.

Résistez à la tentation de toujours comparer au français. Si le rapprochement aide dans certains cas, dans d’autres, il est soit impossible, soit trompeur au point de vous induire en erreur. Ainsi, dans le cas de sheet ou de beach, remplacer le son allongé de l’anglais [iː] par le son français plus bref peut vous mettre dans une position délicate : si elle ne rit pas du faux pas, votre audience pourrait s’offusquer.

Parler sans accent : l’hypnose ça marche ?

A part le mimétisme et la répétition en continu, pour apprendre à parler sans accent l’hypnose est sans doute l’un des outils les plus efficaces. Cette méthode reconnue est considérée à tort comme une science de charlatan. Pourtant, il peut s’avérer être un allié de taille pour tous ceux qui souhaitent apprendre à parler sans accent. L’hypnose existe déjà depuis la fin du 19e siècle. C’est une science qui a fait ses preuves et qui fait partie de notre environnement. Considérée aujourd’hui comme une médecine douce, elle est tellement reconnue qu’on commence même à l’utiliser dans les hôpitaux pour réaliser des opérations sous hypnose et non plus sous anesthésie. Je sais, c’est dingue !

Pourtant c’est tout autant possible d’utiliser cet outil magique lorsque l’on décide d’apprendre une langue étrangère. Pour en maitriser les rudiments sans effort surhumains et surtout sans perdre trop de temps, l’hypnose s’avère plus qu’efficace.

Le cerveau

Le cerveau plongé dans cette espèce d’état second est plus réceptif. C’est le même principe que lorsque vous avez adoré la projection d’un film qui vous a semblé duré 10 min alors qu’en vérité, la séance durait 2 heures. La stimulation est tellement incroyable que l’assimilation de la langue et de sa prononciation se fait beaucoup plus facilement. Quand on décide d’apprendre une langue étrangère, il est conseillé de s’attarder à décrypter les intonations pour définir l’accent le plus neutre possible et d’entrainer son oreille pour noter les prononciations.

Par mimétisme pur et simple, votre langage s’approchera de la perfection et évitera l’éternel questionnement sur l’accent à privilégier. Et cela vaut pour l’accent américain ou anglais. Alors, si on veut apprendre à parler sans accent, on stoppe 2 minutes le visionnage de séries qui influence notre inconscient à coups de Jon Snow en boucle. On se concentre plutôt sur l’hypnose pour devenir un magicien de la parole. 

Pour apprendre une langue étrangère comme l’anglais sans accent, Angelio Academia vous propose de suivre des cours d’anglais à Paris. Vous aurez à votre disposition des formateurs qualifiés qui pourront vous aider à atteindre vos objectifs dans les meilleures conditions. Ils peuvent vous apprendre à parler l’anglais sans aucun accent grâce à leur savoir-faire et à leur expérience.  

Comment éliminer une barrière linguistique ?

 

Passez un bon moment et apprenez une langue plus rapidement

Apprendre le russe, comment s’y prendre ?

Comments are closed.

Post Navigation